LE SERGENT ROSETTA REPOSE AU CIMETIÈRE DE St LAURENT

Chaque année, avant d'aller se recueillir devant le Monument aux Morts de St Laurent, on traverse le cimetière, et le maire et le président de l'UNC-AFN déposent une gerbe sur une tombe dont beaucoup de gens ignorent la raison de sa présence en ces lieux.

L'acte de décès du corps enterré ici est établi comme suit: "Le 21 mars 1944, 15 heures, a été trouvé dans le lit de la Loire, sur la commune (NDLR: le corps a été trouvé vers l'Ile aux Mouettes), un cadavre du sexe masculin, portant un costume de l'armée anglaise et une plaque d'identité avec les indications: Rosetta-1323941-Blood Groupe 40. La mort parait remonter à trois mois. L'âge n'a pu être déterminé". L'acte est rédigé le 2 avril 1944 par Eugène André FAUCHEUX, instituteur et secrétaire de mairie, et il est signé par le maire, Joseph Amédée GERVAISE.

 Ce corps qui repose depuis avril 1944 dans le cimetière de St Laurent et est honoré chaque année, est celui du Sergent de la RAF William Harwey Edwards ROSETTA, 34 ans, navigateur à bord d'un Mosquito Mark II du 264 Squadron (escadrille n° 264), qui s'est écrasé vers St Ay dans le nuit du 15 au 16 novembre 1943. Il aurait heurté un pylône.

Le Sergent ROSETTA est né à Londres le 13 décembre 1908 de Antony William et Agnès Jessica ROSETTA. Il s'est marié à Violet Mary ROSETTA, originaire de Pinner dans le Middlesex. Il s'est engagé dans la RAF le 25 août 1941. Intégré au 264 Squadron, il volait à bord d'un Mosquito NF MK piloté par le Lieutenant Edward Estill PUDSEY. Le Squadron 264 effectuait des missions de nuit: bombardements, protection de convois, chasse, etc. Ce soir là, il avait décollé de Coleby Grange, dans le Lincolnshire, pour une mission de bombardement sur Châteaudun, et l'accident est survenu alors qu'il regagnait sa base.

 

Lorsque le corps de WHE ROSETTA fut retiré de la Loire, le maire, Joseph GERVAISE fit une déclaration aux autorités allemandes qui, d'après Etienne NIVAULT, ancien maire, répondirent en substance: "c'est un des vôtres: faites en ce que vous voulez...". Il fut donc enterré dans le cimetière de St Laurent et après la guerre, son épouse et son frère vinrent sur la tombe avec l'intention de rapatrier le corps du navigateur. Mais voyant qu'elle était entretenue et honorée aux cérémonies commémoratives, ils décidèrent de le laisser là où il était mort. Lorsque Violet Mary ROSETTA est décédée, son corps aurait été incinéré et l'urne contenant ses cendres aurait été déposée dans la tombe de son mari. Ce fait a été rapporté à Etienne NIVAULT, mais il n'a pu être confirmé.

Le corps du pilote, le Lieutenant PUDSEY, fut également retrouvé et enterré au cimetière de Boulay (NDR: je n'ai pas trouvé de Boulay dans la région. Il y a sûrement une erreur d'orthographe ou de transcription), puis au carré des tombes du Commonwealth du cimetière nord de Clichy.

 

LE SQUADRON 264

Le Squadron 264, escadrille dont faisait partie le Sergent ROSETTA, avait pour blason un casque et pour devise "nous défions".

Elle fut créée en avril 1918 pour effectuer des vols de reconnaissance côtiers en Méditerranée avec de petits hydravions. Elle fut dissoute en mars 1919.

Reformée le 30 octobre 1939 à Sutton Bridge, elle est équipée de chasseur "Boulton Paul Défiant". Elle effectue plusieurs patrouilles et connait le baptême du feu le 12 mai 1940. Mais les "Boulton Paul Défiant" sont moins rapides que les avions allemands, et ils deviennent des proies faciles. Le Squadron 264 connut de grosses pertes. En conséquence, il fut affecté aux patrouilles de nuit ou il était moins vulnérable.

En mai 1942, le Squadron 264 est équipé de Mosquito II et effectue des patrouilles au dessus du golf de Gascogne pour protéger les convois de navires alliés. En juin 1943, elle reçoit des Mosquito Mark 2 et effectue des bombardements de terrains d'aviation ennemis, surtout vers Laon et Juvincourt.

En octobre, le Squadron 264 participe aux opérations "Mahmoud". Il attaque les navires allemands, mais effectue également des bombardements de nuit sur des objectifs sur le continent.

En novembre 1943, il effectue six missions sur la France dont celle ne reviendra pas le Sergent ROSETTA.

L'année 1944 vit l'arrivée du Mosquito NF 13 équipé de radar MK VIII. En juin, le Squadron 264 participe au débarquement et fête le 10 juin sa 100ème victoire.

Vint après la guerre une période plus calme et la dissolution, le 1er octobre 1957.

 

Cette étude a été réalisée en novembre 2012

par la section "Histoire locale et généalogie"

de l'association ARTS ET LOISIRS - 41220 St LAURENT NOUAN

 

d'après des recherches de

Jean Pierre LAPEYRE