LA CHAPELLE DES BODIN DE BOIS RENARD

 

 

 

 

La famille BODIN de BOISRENARD habitait le château de BOISRENARD, à Nouan/Loire, dès le 14ème siècle. C'est d'elle que fut issu au 17ème siècle le Capitaine du parc et du château de Chambord. La famille fit construire dans l'église St Aignan une chapelle.

 

LA CHAPELLE DES BODIN DE BOISRENARD

 

La chapelle de Boisrenard est construite dans l'église St Aignan, du côté du cimetière, et s'ouvre sur l'avant du chœur. Elle est éclairée par une grande baie.Elle fut construite en 1603 c'est du moins ce qu'indique une inscription sur marbre qui est fixée sur un de ses murs. Elle surmonte un caveau funéraire dans lequel ont été placées les sépultures de la famille BODIN de BOISRENARD.

 

La chapelle des BODIN de BOISRENARD

 

Une plaque de marbre gravée au début du XXème siècle indique que la chapelle a été construite en 1603.

 

Cette chapelle a été bâtie sous l'invocation de St François en 1603 par Jacques BODIN de BOISRENARD, Gouverneur de Chambord, qui y fonda en 1645 une grande messe, douze messes basses, un salut avec litanie, libera et de profundis.

 

 

 

Le Préfet de Loir et Cher en reconnaît la famille de BOISRENARD propriétaire le 9 novembre 1817 et par un autre arrêté approuvé le 23, la Fabrique de Nouan fut maintenue en possession de six francs de rente sur la terre de BOISRENARD, à charge de faire acquitter la fondation de payer deux francs au curé.

 

L'Evêque d'Orléans réduisit ces services en 1808 à deux messes par an avec libera et de profundis le 14 octobre et le 25 juillet sur la demande de Louis Joseph de BODIN de BOISRENARD qui fit restaurer cette chapelle en 1821.

 

 Les reliquaires contenant les cœurs de Jacques BODIN de BOISRENARD et de son épouse, Jacquette de MARIVETS, sont fixés au mur côté cimetière. Ils surmontent deux plaquettes explicatives en cuivre.

 

 

Plaquette de gauche:

 Ci est enclos le cœur de damoiselle Jacquette de MARIVETS, femme de feu Jacques de BODIN, vivant écuyer, seigneur de BOISRENARD, laquelle décéda le 19 avril 1655

                                                  Requiescant in pace

 

Plaquette de droite:

 Ci est enclos le cœur de Jacques de BODIN, vivant écuyer , seigneur de BOISRENARD, capitaine du château et du parc de Chambord qui décéda le 15 janvier 1653, lequel a fait construire et bâtir cette chapelle qu'il a fait dédier à l'honneur de Dieu et de St François, et en icelle fonde douze messes basses aux premiers vendredis de chaque mois de l'année, un salut le jour de St Jacques en juillet et une messe haute le jour de la St François en octobre avec un libera et un de profundis à chacun des dits services et quatre cierges de chacun une demie livre par an, à savoir deux le jour de la St Jacques et deux le jour de la St François et pour ladite fondation a assigné seize livres de rente annuelle et perpétuelle sur lieu seigneurial de BOISRENARD par son codicille du 13 décembre 1643, étant en fin de son testament passé devant Me Michel DELAUNAY l'aîné, notaire royal à Blois, le 8 avril 1644.

                                                   Requiescant in pace

 

Au XIXème siècle, il semble que la propriété de la chapelle à la famille BODIN de BOISRENARD soit remise en cause. Pour justifier cette propriété, M. BODIN de BOISRENARD fournit un certain nombre de preuves écrites comme le codicile de Jacques BODIN DE BOISRENARD du 13 décembre 1643 (voir ci dessous) et 30 quittances dressées de 1747 à 1789 par les curés marguilliers de Nouan au sujet d'une rente par eux payée pour les fondations acquittées dans cette chapelle. Les marguilliers, responsables de la fabrique, déclarèrent également par écrit, le 9 juillet 1807, que les BODINS DE BOISRENARD avaient toujours fait les réparations de cette chapelle.

 

Cette propriété fut reconnue à condition que la famille propriétaire paye à perpétuité chaque année une rente de 16F, réduite à 6F, léguée par Jacques BODIN de BOISRENARD, son aïeul en 1644 et attribuée à cette fabrique par l'arrêté du Préfet du 30 novembre 1807.

 

Le codicile, conservé aux Archives départementales, stipule que "...le testateur veult et ordonne que lorsqu'il sera décédé, son coeur soit porté dans l'églize parroichialle de Nouan sur Loire, en laquelle paroisse, sa dite terre de Boisregnard est située, pour son dict coeur estre mis dans la niche qu'il a ordonné estre faicte pour cest effect dans la chapelle qu'il a faict bastir et construire en ladicte églize, à coté du coeur dicelle en laquelle chapelle, il veut entend estre dédiée à l'honneur de Dieu et sainct François. Item veut et ordonne qu'à son intention, il soit dit en ladite chapelle, une messe basse des trépassés au premier vendredy des douze mois de chacune année , à toujours mais (à perpétuité) et à la fin de chacune dicelles , ung libera avecq ung de profundis, en oultre qu'il soit dict en la dite chapelle le jour de sainct François qui est le quatriesme d'octobre aussy à toujours mais, une grand messe haulte des trépassés et à la fin de chacune dicelle, ung libera et ung de profundis, et encore, aussy qu'il soit dict le jour de sainct Jacques qui est le vingt cinquiesme de juillet, aussy à toujours mais, un salut à sept heures du soir ou se dira le veni créator, les litanies de la saincte vierge, l'himne et l'oraison et ung libéra, et pour fondation des services cy dessus par luy ordonnés, donne à toujours mais, veult et ordonne par chacun an la somme de seize livres de rente, à savoir, douze livres pour le curé de la dite églize pour les dits services, et quatre livres pour la marelle de la dite églize pour aider à l'entretien des ornements dicelle, laquelle rente il veult et ordonne estre payée et délivrée par chacun an à toujours aux marguilliers de la dite églize de Nouan, par ceulx ou celles qui possèderont et seront seigneur à l'advenir de sondit lieu de Boisregnard, ses appartenances et dépendances, au jour et feste de Toussaincts. Il oblige sa dite terre de Boisregnard et ses appartenances à l'entretien du bastiment de sa dite chapelle, plus veut et ordonne que soit fourny par les seigneurs ou dames qui possèderont sa dite terre et ses appartenances de Boisregnard, quatre cierges de deux livres chacun par chacun an à toujours mais, à savoir deux le jour de sainct François, et les deux autres le jour de sainct Jacques..."

 

Reliquaire sur l'autel de la chapelle

 

CAVEAU DE LA CHAPELLE

En 1855, suite à une pétition lancée par cinq habitants de la commune, le cimetière est déplacé. Suite à ce déplacement, Adolphe de BODIN de BOISRENARD adressa, en février 1862, une supplique à Napoléon III, pour obtenir l'autorisation "de faire exécuter des travaux nécessaires dans le caveau qui est sous la chapelle pour y déposer les tombes de ses père et mère inhumés dans l'ancien cimetière de Nouan, et les cercueils des autres membres de sa famille qui viendraient à décéder".

 

Le Préfet donna son accord après avis favorable de la Municipalité, le 20 mai 1862, et de la Fabrique. Cet accord est donné à condition "que lesquels tiroirs (des sépultures)seront bouchés en maçonnerie aussitôt que chaque cercueil y sera placé, que pour arriver dans ce caveau, il soit pratiqué en dehors de l'église une ouverture pour y mettre une porte en fer qui s'ouvrira en dedans dudit caveau, le tout bien entendu aux frais de M de BOISRENARD...."

 

L'entrée du caveau des Boisrenard
L'entrée du caveau des Boisrenard